«J'ai pu partager le travail familial»

Ruth Durrer a concilié une carrière universitaire et une vie de famille

Ruth Durrer a été la première femme à occuper un poste de professeur assistant en physique théorique à l'Université de Zurich. Près de 30 ans se sont écoulés depuis cette nomination, 30 ans au cours desquels Ruth Durrer a marqué son domaine - la cosmologie et l'astrophysique - en tant que professeure. Malgré ses succès personnels, la chercheuse de 63 ans met en garde : «Les carrières scientifiques des femmes sont encore loin d'être évidentes».

Prof. Ruth Durrer, cosmologiste et astrophysicienne à l'Université de Genève.
Image : Privat

Le 7 février 1971, les hommes suisses ont approuvé le droit de vote des femmes lors d'un référendum fédéral. La décision a été prise à une nette majorité des deux tiers, ce qui signifie pourtant, qu'un homme sur trois considérait encore à l'époque qu'il n'était pas nécessaire d'accorder les pleins droits de citoyenneté aux épouses, aux mères et aux filles. Parmi les cantons qui ont rejeté le projet de loi se trouvait celui d'Obwald. C'est justement là que vivait à l'époque Ruth Durrer, 13 ans, dans la municipalité de Kerns. Son père était charpentier et a ensuite vendu des assurances, sa mère travaillait dans une usine.

Aussi inimaginable que l'alunissage

Pour ses parents, il était inconcevable que leur fille étudie un jour la physique, probablement aussi inconcevable que pour le grand-père de Ruth Durrer que des hommes se posent sur la lune et qui était convaincu que l'alunissage de 1969 avait été inventé dans les studios d'Hollywood. Mais l'alunissage avait bel et bien eu lieu, et Ruth Durrer allait commencer ses études de physique à l'Université de Zurich quelques années plus tard. Il s'agissait pour elle d'obtenir un doctorat. Elle allait poursuivre ses recherches en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Et finalement, en 1995, elle allait s'installer à l'Université de Genève en tant que professeure titulaire.

Plusieurs raisons expliquent que Ruth Durrer a réussi à faire le saut dans les sciences, qui n'étaient généralement pas ouvertes aux filles à l'époque : La fascination pour le monde des atomes qui a saisi Ruth Durrer dès son plus jeune âge. L'encouragement qu'elle a reçu de son professeur de mathématiques et de physique. Mais aussi la volonté de faire le détour par le séminaire de formation des enseignant·e·s, car la route directe vers l'université via le collège était bloquée. Et il y avait aussi un modèle à suivre : la physicienne Verena Meyer était devenue la première rectrice de l'Université de Zurich en 1982. «Elle était l'une des pionnières qui s'est frayé un chemin dans une carrière universitaire», se souvient Ruth Durrer.

Carrière et famille

Verena Meyer est issue d'une famille d'universitaires, et elle avait renoncé à une famille pour sa carrière. Ruth Durrer est issue d'une famille de la classe ouvrière, et elle ne voulait pas sacrifier sa famille pour ses ambitions scientifiques. C'était le plan, et il a fonctionné : Alors que la jeune scientifique écrivait sa thèse de doctorat dans les années 1980, dans laquelle elle développait des modèles cosmologiques de l'origine de l'univers à la lumière de la relativité générale, elle a donné naissance à deux garçons, qui ont été suivis plus tard par une fille. «Cet équilibre n'a été possible que grâce au soutien de mon mari», se souvient Ruth Durrer. «J'ai pu partager avec lui la grande tâche du travail familial.»

Elle réussira l'exploit de concilier science et famille dans les années qui suivent, lorsqu'elle enseigne et fait des recherches en tant que cosmologiste et astrophysicienne, d'abord à Zurich, puis à Genève. Aujourd'hui, elle peut se prévaloir de 216 publications scientifiques, dont la complexité ne peut au mieux qu'être devinée par le profane. «Un intérêt majeur de mon travail est de comprendre ce que les ondes électromagnétiques que nous recevons de l'espace nous disent sur le passé de l'univers», explique Ruth Durrer. «Pour les interpréter correctement, il faut tenir compte du fait qu'elles sont déviées par les galaxies sur leur trajectoire vers la Terre.» Ruth Durrer a présenté un aperçu complet de son domaine de recherche en 2008 sous le titre "The Cosmic Microwave Background". Cette publication, qui a reçu un accueil très favorable, a mis en lumière l'état actuel de la recherche sur le rayonnement de fond cosmologique, qui nous donne un aperçu des premiers instants de l'univers après le Big Bang (voir la vidéo).

Coopération au lieu de concurrence

En tant qu'enseignante universitaire expérimentée, Ruth Durrer est elle-même un modèle pour les jeunes universitaires d'aujourd'hui. Elle a supervisé 17 étudiants en doctorat au fil des ans. Actuellement, trois doctorants travaillent dans son département, ce qui est plutôt inhabituel, car d'habitude elle préfère les candidates quand elles ont les mêmes qualifications, dit la professeure. Une de ces préoccupations importantes, dit-elle, est de créer un climat «favorable aux femmes» à l'université. «J'entends par là une atmosphère de coopération et d'entraide. C'est plus utile que les groupes super-concurrentiels dans lesquels chacun veut briller par ses idées et se faire valoir comme premier auteur dans les publications scientifiques».

Depuis l'époque où Ruth Durrer était étudiante, l'intérêt des femmes pour la physique et d'autres sujets scientifiques a augmenté, mais reste encore bien inférieur à celui des hommes. Selon Ruth Durrer, l'un des obstacles à la carrière des femmes est que les postes de professeurs ne sont aujourd'hui accessibles qu'entre 35 et 45 ans - ce qui est généralement trop tard pour les femmes, qui veulent souvent s'établir dans la profession et trouver un logement permanent avant de fonder une famille. Ruth Durrer est optimiste quant à la confiance en soi et à l'éloquence avec lesquelles les jeunes femmes d'aujourd'hui se présentent généralement lorsqu'elles postulent, par exemple, à des postes de professeurs. «C'est très important, car pendant longtemps les femmes ont été sous-estimées et les hommes surestimés, surtout au début d'une carrière universitaire. C'est là que nous avons progressé aujourd'hui».

Auteur: Benedikt Vogel

Portrait #1 de Femmes de science dans les disciplines MAP (2021)

Ruth Durrer (UniGE) présente son livre sur le fond diffus cosmologique.

Catégories

  • Cosmologie
  • Physique théorique