Une carrière universitaire près de chez soi

La professeure Anne Verhamme fait des recherches sur les débuts de l'univers à l'Université de Genève.

Anne Verhamme enseigne en tant que professeure assistante d'astronomie à l'Université de Genève et étudie comment les galaxies libèrent de l'énergie dans l'univers. La Française de 42 ans est également mère de trois adolescents et vit à Annecy. Cela semble être la preuve qu'une carrière scientifique et une famille sont compatibles aujourd'hui. Cependant, Anne Verhamme a dû surmonter quelques obstacles avant d'en arriver là.

Dr Anne Verhamme, professeur adjoint d'astronomie à l'Université de Genève. La photo montre Anne Verhamme devant le superordinateur de l'Université de Genève, qu'elle utilise pour calculer ses prédictions.
Image : SNF

Je joins Anne Verhamme par vidéoconférence à son domicile d'Annecy, au sud de Genève, où elle vit avec son mari et ses trois enfants. Son trajet pour se rendre au département d'astronomie de l'Université de Genève à l'Observatoire de Sauverny, où elle travaille en tant que professeure assistante d'astronomie, est de 50 km. Le fait qu'elle doive traverser la frontière pour son travail ne la dérange pas. Au contraire : elle est heureuse que son travail soit maintenant relativement proche de son lieu de résidence. Cette proximité a toujours été importante pour elle, et elle a été décisive pour sa carrière universitaire. Car cette proximité était la condition sine qua non pour concilier sa carrière de scientifique avec la famille.

Entre science et famille

Anne Verhamme avait 27 ans lorsqu'elle a donné naissance à sa première fille, Marie, en décembre 2006. Elle avait obtenu son master à l'université de Grenoble en 2003 et était en train de préparer sa thèse de doctorat. Elle l'a terminé en juin 2008, un mois avant la naissance de sa deuxième fille, Charlotte. En janvier 2009, elle s'est rendue à l'université d'Oxford pour un an - grâce à une bourse du Fonds national suisse de la recherche scientifique pour les jeunes chercheurs. Peu après son retour, en janvier 2010, elle a donné naissance à son troisième enfant, Jules. Pendant sa troisième grossesse, son mari et ses deux premiers enfants ont vécu à Annecy. Il est facile d'imaginer comment Anne Verhamme a dû être tiraillée entre la science et la famille à cette époque.

Une autre scientifique dans cette situation aurait peut-être choisi sa famille, ses trois jeunes enfants. Mais Anne Verhamme, fille d'un médecin et d'une enseignante en biologie, ne voulait pas renoncer à sa carrière scientifique - et a pu bénéficier de fonds spécifiques pour les jeunes chercheuses excellentes du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Après un congé de maternité de huit mois (sans salaire, car la bourse n'avait pas établi de droit correspondant), elle a commencé son deuxième travail postdoctoral en septembre 2010, cette fois au Centre de Recherche Astrophysique de Lyon à l'Université de Lyon, doté d'une bourse de l'UE de deux ans (bourse Marie Curie du Conseil européen de la recherche). Une fois encore, elle doit faire la navette entre son travail et son domicile, car sa famille continue de vivre à Annecy, à 150 km de là.

Aide par le biais d'instruments de financement spécifiques aux femmes

En 2012, le poste à Lyon a expiré et l'astrophysicienne avait besoin d'un nouvel emploi. "Pendant la recherche, j'avais la grande limitation que je ne voulais pas déménager pour des raisons familiales. Les carrières académiques se font presque d'elles-mêmes si vous êtes prêt à partir à l'étranger. Mais mon mari travaillant à Annecy, mes enfants allaient à l'école ici et nous avions une maison. Je ne pouvais pas simplement être transféré à l'Université de Tokyo ou ailleurs. J'ai donc été confronté au défi de trouver du financement, qui me permette de faire des recherches dans la région d'Annecy." C'est ainsi qu'Anne Verhamme est arrivée à l'Université de Genève. D'abord pendant deux ans grâce à une "Bourse d'excellence de l'Université de Genève", puis pendant deux autres années en tant que "Maria-Heim-Vögtlin Fellow", un autre instrument de financement du FNS. "Les deux bourses sont réservées aux femmes, donc une discrimination positive", admet ouvertement Anne Verhamme, "mais sans ce soutien, ma carrière académique n'aurait tout simplement pas été possible."

En 2018 - après avoir reçu un financement relais du FNS - Anne Verhamme a enfin pu s'établir en tant que chercheuse avec son propre groupe de recherche : Elle a obtenu du FNS un poste de professeure assistante pour quatre ans, qu'elle occupe encore aujourd'hui. En outre, soulignant son excellence scientifique, elle a réussi à obtenir l'une des très convoitées "Starting Grants" du Conseil européen de la recherche.

Le réchauffement de l'univers

La persévérance a porté ses fruits. En septembre 2019, Anne Verhamme a reçu le prix Marie Heim Vögtlin du Fonds national suisse de la recherche scientifique, doté de 25’000 CHF. Le prix concerne le domaine de recherche sur lequel elle travaille depuis sa thèse de doctorat avec le professeur Daniel Schaerer : le rayonnement Lyman-alpha, qui est émis par les atomes d'hydrogène dans certaines circonstances et qui peut être détecté dans le domaine de l'ultraviolet. Anne Verhamme avait émis une hypothèse intéressante, qui a depuis été confirmée par les données du télescope spatial Hubble : un type de galaxies très compactes et lumineuses (appelées galaxies « Green Pea »), découvertes en 2007*, émettent de nombreux photons ionisants grâce au rayonnement Lyman-alpha. Cette découverte est spectaculaire car les galaxies Green Pea présentent une grande similitude avec les galaxies de l'univers primordial. On peut donc penser que les premières galaxies ont également émis de nombreux photons ionisants et qu'elles ont ainsi, un milliard d'années après le Big Bang, donné l'impulsion au réchauffement de l'univers, une évolution que l'astronomie n'a pas encore pu expliquer.

Lorsqu'Anne Verhamme parle de ses théories et découvertes astronomiques, elle trouve un langage que même les personnes qui ne sont pas impliquées dans la science peuvent comprendre. Son langage est vif et animé, elle souligne ce qu'elle dit par des gestes et fait ainsi oublier que derrière tout ce qu'elle dit, il y a beaucoup de physique et de mathématiques compliquées, ainsi que beaucoup de technologies modernes d'observation et de simulation, sans lesquelles la recherche astronomique de pointe ne serait pas possible aujourd'hui.

En attendant le télescope successeur de Hubble

Anne Verhamme a maintenant 42 ans. Elle n'a pas encore d'emploi permanent comme beaucoup d'autres personnes de son âge, mais elle a un groupe de recherche de huit personnes avec lequel elle peut travailler sur ses propres questions scientifiques. Le prochain défi se profile déjà à l'horizon : À la fin de l'automne 2021, les agences spatiales américaine, canadienne et européenne devraient lancer dans l'espace le télescope spatial James Webb, le successeur de Hubble. Un important moteur scientifique de cette mission est l'étude des galaxies primordiales. Pour Anne Verhamme, c'est un moment passionnant : "Avec ce télescope, nous pourrons remonter loin dans l'histoire de l'univers. Nous pourrons voir les galaxies primordiales et, espérons-le, résoudre le mystère de savoir si elles ont effectivement émis le rayonnement ionisant qui a conduit au réchauffement de l'univers à cette époque."

* la publication a été faite en 2009, voir : https://arxiv.org/pdf/0907.4155.pdf

Auteur : Benedikt Vogel

Portrait #7 de Femmes de science dans les disciplines MAP (2021)

  • La professeure Verhamme discutant avec Moupiya Maji, une post-doctorante de son équipe de re-cherche.
  • Anne Verhamme en 2019 lors de la cérémonie de remise du Prix Marie Heim Vögtlin du Fonds national suisse de la recherche scientifique, doté de 25'000 CHF.
  • Le grand miroir du télescope spatial James Webb.
  • Dr Anne Verhamme, professeur adjoint d'astronomie à l'Université de Genève. La photo montre Anne Verhamme devant le superordinateur de l'Université de Genève, qu'elle utilise pour calculer ses prédictions.
  • La professeure Verhamme discutant avec Moupiya Maji, une post-doctorante de son équipe de re-cherche.Image : SNF1/4
  • Anne Verhamme en 2019 lors de la cérémonie de remise du Prix Marie Heim Vögtlin du Fonds national suisse de la recherche scientifique, doté de 25'000 CHF.Image : Privat2/4
  • Le grand miroir du télescope spatial James Webb.Image : NASA/Desiree Stover3/4
  • Dr Anne Verhamme, professeur adjoint d'astronomie à l'Université de Genève. La photo montre Anne Verhamme devant le superordinateur de l'Université de Genève, qu'elle utilise pour calculer ses prédictions.Image : SNF4/4
Anne Verhamme (Uni Genève) a apporté des pierres du désert Atacama

Catégories

  • Encouragement de la relève