«Prof de sport ?» – «Non, physicienne !»

Ilaria Zardo étudie les flux thermiques dans les matériaux semi-conducteurs à l'Université de Bâle.

En Italie, les collégiennes terminant la maturité gymnasiale choisissent d'étudier la physique beaucoup plus naturellement que ce n'est actuellement le cas en Suisse. Ilaria Zardo fait partie de ces jeunes Italiennes qui se sont d'abord enthousiasmées pour les études de physique, puis pour la recherche universitaire. Aujourd'hui professeure à l'Université de Bâle, elle étudie avec son groupe de recherche les flux thermiques à l'échelle nanométrique.

Prof. Ilaria Zardo enseigne la physique avec passion
Image : Privat

La carrière de physicienne d'Ilaria Zardo a commencé par un malentendu. Née à Rome en 1981, fille d'une institutrice et d'un médecin, elle a également passé sa scolarité dans la capitale italienne. Vers la fin de l'école secondaire en langues classiques, elle a dit à ses parents qu'elle aimerait étudier la "fisica". "Tu veux être professeur de sport ?" demande son père avec étonnement. "Non, une physicienne !" a répondu la fille. C'est l'autre sens du mot italien "fisica". Un peu plus tard, elle a commencé à étudier la physique à la célèbre Université Sapienza, dans sa ville natale.

Des différences subtiles

25 ans plus tard, Ilaria Zardo est assise dans son bureau de la Klingelbergstrasse à Bâle, où se trouve le département de physique de l'Université de Bâle. La physicienne fait de la recherche et enseigne à Bâle depuis 2015, d'abord en tant que professeure assistante et depuis l'année dernière en tant que professeure associée. Zardo est l'une des deux femmes parmi les 14 professeur·e·s du département de physique. Surtout lorsqu'elle a affaire à des collègues plus âgés dans la communauté scientifique, elle a parfois encore l'impression de travailler dans un domaine masculin. Elle ne subit pas de discrimination évidente, mais plutôt des subtilités, comme le rapporte Ilaria Zardo : "C'est la façon dont ces hommes se comportent avec vous, comment ils s'expriment ou défendent leurs idées." Avec les collègues plus jeunes, ce dénigrement subtil est moins perceptible. Ils ont généralement une autre image des femmes, car leurs épouses travaillent aussi.

Ilaria Zardo vit au Bruderholz à Bâle avec son mari et ses trois enfants âgés de 8, 6 et un peu moins d'un an. Aujourd'hui encore, pendant la période Corona, elle est au bureau trois jours par semaine, pour effectuer des travaux administratifs et superviser les expériences de son groupe de recherche, qui se poursuivent malgré la pandémie, bien que dans une mesure limitée. Il n'a jamais été question pour Ilaria Zardo de ne pas pouvoir concilier sa carrière scientifique et sa famille. "En Italie, il est courant que les femmes travaillent. C'est probablement aussi la raison pour laquelle un nombre relativement important de femmes décident d'étudier la physique", déclare Ilaria Zardo, avant d'ajouter : "Mais au cours de la carrière scientifique, le fossé se creuse aussi en Italie. Au niveau des professeur·e·s, la proportion de femmes est presque aussi faible qu'en Suisse ou en Allemagne."

Experte en transport de chaleur dans les nanostructures

À la chaire d'Ilaria Zardo, la question du genre semble appartenir au passé. Les deux sexes sont représentés à égalité dans son groupe de recherche. Elle n'a même pas besoin de choisir les femmes parmi les jeunes scientifiques, car elle a toujours des candidat·e·s compétent·e·s lorsqu'elle doit pourvoir un poste de doctorant·e ou de post-doctorant·e. Cela est probablement dû aussi à l'attrait de son sujet de recherche : les phonons. Les phonons sont des vibrations collectives d'atomes disposés dans un réseau atomique, comme c'est le cas dans les matériaux semi-conducteurs, par exemple. Ces oscillations — dans le langage de la physique, elles sont décrites comme des particules — sont à la base de la transmission de la chaleur et du son dans les solides cristallins, selon les connaissances actuelles. "Mon groupe de recherche a pour objectif d'utiliser les phonons pour influencer le transport de la chaleur dans les semi-conducteurs tels que le silicium et le germanium en particulier, par exemple via la fréquence à laquelle les phonons oscillent", explique la professeure Zardo pour décrire son domaine de recherche.

Les atomes ont une taille d'environ 0,1 nanomètre, ce qui correspond à un dixième de millionième de millimètre. Comme Zardo et ses collègues travaillent à de telles échelles microscopiques, leur domaine de recherche est également appelé la "nanophononique". Une meilleure compréhension du transport de la chaleur dans les matériaux semi-conducteurs offre des perspectives fascinantes : Ces connaissances pourraient ouvrir de nouvelles voies pour améliorer l'efficacité énergétique des composants semi-conducteurs. Il est même concevable d'utiliser les flux de chaleur à l'échelle nanométrique pour transmettre des informations, par analogie avec le flux de charges dans les circuits électriques. L'étude des nanostructures ou leur synthèse ciblée pourrait également contribuer à la construction des ordinateurs quantiques du futur, un axe de recherche de l'Université de Bâle.

Un prix exclusivement réservé aux femmes

L'attractivité du domaine de recherche se reflète dans les financements qu'Ilaria Zardo a pu attirer ces dernières années : en 2018, il s'agissait d'une bourse ERC, une prestigieuse bourse pour jeunes chercheurs du Conseil européen de la recherche (ERC). Depuis l'année dernière, des fonds supplémentaires proviennent du programme Synergia du Fonds national suisse de la recherche scientifique et d'un Pôle de recherche national (PRN) dans le domaine de l'informatique quantique. La scientifique bâloise met en œuvre ces projets en coopération avec d'autres collègues de l'Université de Bâle et des Ecoles polytechniques fédérales de Zurich et de Lausanne, ainsi que d'IBM Research.

La chercheuse de 40 ans a déjà reçu plusieurs prix au cours de ses études de doctorat à Munich et de sa période post-doctorale à Eindhoven (Pays-Bas). En 2015, elle a reçu le prix Hertha Sponer, par lequel la Société allemande de physique (DPG) récompense les travaux exceptionnels des femmes scientifiques. Le certificat se trouve sur l'étagère derrière le bureau de Zardo. Un prix exclusivement réservé aux femmes est-il encore approprié aujourd'hui ? "Cette question m'a beaucoup préoccupée à l'époque", déclare Ilaria Zardo, "dans un monde idéal, nous n'aurions pas besoin de ce genre de prix. Mais malheureusement, la discrimination des femmes reste une réalité dans le monde scientifique également, et tant qu'il en sera ainsi, ces prix sont justifiés - et importants. Car ils montrent aux jeunes femmes qu'il est possible d'aller de l'avant."

Auteur : Benedikt Vogel

Portrait #2 de Femmes de science dans les disciplines MAP (2021)

Ilaria Zardo avec une collaboratrice scientifique au laboratoire de physique de l'Université de Bâle.
Ilaria Zardo avec une collaboratrice scientifique au laboratoire de physique de l'Université de Bâle.Image : Privat
Ilaria Zardo (Uni. Bâle) distinguée avec la Craie Dorée

Catégories

  • Encouragement de la relève