La plateforme MAP comprend des sociétés spécialisées et des organes scientifiques dans les disciplines des mathématiques, de l'astronomie et de la physique. Elle soutient les activités de ces organisations et coordonne et promeut la recherche et l'éducation en mathématiques, astronomie et physique.

Image : ESO

Prix Schläfli 2022 pour les quatre meilleurs doctorats en sciences naturelles

Faciliter la synthèse chimique à l'aide de modèles de langage, améliorer la compréhension des grands tremblements de terre, décrypter les bases des processus de biologie cellulaire, produire des photons uniques pour des échange de données plus sécurisés – l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) récompense avec le Prix Schläfli 2022 les quatre idées les plus innovantes émises par de jeunes chercheuses et chercheurs des universités suisses. Luca Dal Zilio (géosciences), Anna-Katharina Pfitzner (biologie), Philippe Schwaller (chimie) et Natasha Tomm (physique) reçoivent ce prix scientifique dans le cadre de leurs travail de doctorat. Le Prix Schläfli est décerné depuis 1866.

Prize-winners Prix Schläfli 2022 (from upper left): Philippe Schwaller, Natasha Tomm, Anna-Katharina Pfitzner, Luca Dal Zilio

Luca Dal Zilio – un prophète prudent

Les grands séismes sont des événements rares aux effets dévastateurs. Luca Dal Zilio a développé à l’EPFZ un modèle qui représente l’apparition de tels événements à la fois sur les plans temporel et géographique. Ainsi, celui-ci pourrait devenir un outil important dans la prévention des risques.

Anna-Katharina Pfitzner – à la recherche de réponses fondamentales

Les éléments biologiques microscopiques, c’est son truc : la biologiste Anna-Katharina Pfitzner a étudié à l’Université de Genève un mécanisme important qui intervient dans de nombreux processus de la biologie cellulaire.

Philippe Schwaller – chimie avec des algorithmes linguistiques

Comment peut-on simuler des procédés chimiques avec une intelligence artificielle ? Philippe Schwaller a développé au centre de recherche IBM et à l’Université de Berne un programme qui a été élu meilleur de sa catégorie par un groupe de recherche indépendant.

Natasha Tomm – la dompteuse de photons

Son travail pourrait contribuer à rendre les échanges de données plus sécurisés : dans sa thèse à l’Université de Bâle, Natasha Tomm a (co)développé une source super efficace de photons uniques.

Catégories

  • Géosciences